top of page
  • Photo du rédacteuryves dogué

Serge Djelloul fait plier la LED

L’ancien international de hockey sur glace a bien négocié le virage de la reconversion en créant le seul roll-up numérique pliable et mobile au monde.


Du haut de son mètre quatre-vingt-cinq, Serge Djelloul en a maté plus d’un sur les glaces de Ligue Magnus. Je précise. La Ligue Magnus, c’est le championnat de France Elite de hockey sur glace et Serge Djelloul est un ancien pro qui a bourlingué un peu partout dans l’Hexagone, notamment à Reims.


Bon, je reviens aux talents de dompteur de ce solide défenseur. Sous les couleurs des Flammes Bleues de Reims dans le début des années 90, il a apprivoisé des animaux et des créatures plus fantastiques les uns que les autres : des Dragons (à Rouen), des Brûleurs de Loups (à Grenoble), des Ours (à Villard-de-Lans), des Sangliers Arvernes (à Clermont-Ferrand), des Rapaces (à Gap), des Gothiques (à Amiens). Il a même pris dans ses filets des Albatros à Brest, des Français Volants à Paris et échangé quelques amabilités avec des Boxers à Bordeaux ou des Ducs à Angers.


« Pas en mode gestion

du patrimoine »


Vous l’avez deviné, Serge Djelloul (à gauche sur la photo de Christian Lantenois) n’a jamais eu peur de rien. Donc, je me répète, du haut de son mètre quatre-vingt-cinq mais aussi de ses 120 sélections en équipe de France, de ses deux titres de champion de France, de sa participation à six championnats du monde, aux Jeux olympiques de Nagano, du stage à Minsk en URSS avec l'équipe de Reims (photo) ou encore de ses expériences en Allemagne et en Autriche, « Serguei » a retroussé les manches de son jersey n° 24 quand il est arrivé au bout de sa route de hockeyeur.


« Je n’ai pas connu la petite mort du sportif », image-t-il. « Le hockey n’est pas un sport où l’on est pas en mode gestion du patrimoine. » En 2002, il monte donc une agence web en communication puis crée un site internet à destination des clubs sportifs comme les Gothiques d’Amiens ou le Losc (Lille) et Rennes en Ligue 1 de foot.


En 2010, il donne un grand coup de carres et endosse le maillot de « manager général d’un centre multi-loisirs de 5 000 m2 dans la banlieue d’Amiens. » Pendant deux ans, il slalome entre le restaurant, la discothèque, le bowling, le laser game et les salles de séminaires de ce centre qu’il quittera « pour divergences de vues avec les actionnaires. »


On vous l’a déjà dit : son expérience de sportif de haut niveau constitue une armure, plus indestructible encore que le plastron qu’il glissait sous son maillot de hockeyeur professionnel. Il fonde alors Mobil lounge, un centre… mobile de bien-être, qui sillonne Amiens et ses alentours jusqu’en 2014.


Sélectionné au CES de Las Vegas


Ayant toujours baigné (un comble pour un adepte de la glace) dans la communication, l’événementiel et le numérique, Serge Djelloul a le déclic quand il assiste à une soirée des Gothiques, magnifiée par un écran géant. Il trouve cela génial, comme ses clients aujourd’hui. Fin 2013, il lance DJTAL MEDIA spécialisée dans la création et la distribution d’écrans LED mobiles. Il s’appuie sur la technologie d’un partenaire chinois, améliore le process et développe le produit jusqu’à atteindre « une ultra haute définition en 2022. »


Le premier roll-up digital, le descendant du kakemono, est né et franchit rapidement les étapes. « Il fallait qu’il réponde à trois principes : qu’il soit facile à transporter, facile à monter et facile à utiliser. » Mission accomplie puisqu’aujourd’hui, la version 5 de son iBanr – c’est le nom de son écran LED mobile de 192 cm x 64 – pèse 33 kg, est transportable dans le coffre d’une voiture et se monte en une minute. On peut même associer plusieurs roll-ups et profiter d’un écran géant.


Dans un premier temps, Serge Djelloul s’est appuyé sur des compétences extérieures. Au fil des mois et des locations de l'iBanr, « j’ai appris, je suis monté en compétences, j’ai cherché à améliorer la définition. »


Après la location de son matériel, vient le temps de la première vente, du réinvestissement du produit et du dépôt de deux brevets. La dynamique est lancée. En 2019 et en 2020, l’iBanr est sélectionné parmi les 1 000 entreprises exposant au salon technologique du CES de Las Vegas (Consumer Electronics Show). « Les retours ont été excellents. J’ai validé mon concept, développé du réseau » et rempli le carnet de commandes.


Faire savoir le savoir-faire


L’histoire est belle, trop belle puisque le Covid s’invite dans toutes les sphères. « J’en ai profité pour tout reprendre à zéro et rendre le produit super fiable. » Les résultats ne se sont pas fait attendre après une communication menée sur les réseaux sociaux : première vente en France de la version 5, ouverture sur l’étranger (Suisse, Italie, Allemagne, Angleterre, Canada, États-Unis…).


Mais, attention… Le développement de la société ne pourra être effectif que si la structure humaine se développe. « C’est pour cette année », annonce Serge Djelloul qui va recruter dans trois domaines (production, développement et organisation de la production).


Lui cherchera de nouveaux revendeurs et distributeurs dans plusieurs pays. « Nous sommes la seule boîte au monde à plier de la LED. » L'opération « faire savoir le savoir-faire » au-delà des Hauts-de-France a touché les cibles visées. L'iBanr est devenu le centre mondial du roll-up digital mobile.


· iBanr , Roll-up numérique en 4K, UHD ou HD ; location ou achat ; dimensions 192 x 64 cm ; sacs à roulettes de transport 53 cm de hauteur, 70 cm de largeur, 28 cm de profondeur ; 33 kg ; montage en une minute.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page