top of page
  • Photo du rédacteuryves dogué

Le maître du rebond

Dominique Granseigne a débuté dans le sport. À Reims, il a exploré tous les étages de la performance. Quand son expérience dans le basket pro a brutalement cessé, il a repris un cursus qualifié de « normal ». Et il vient de créer son entreprise, DG Consult, où il exerce son art de la transition.


S’il avait une devise, cela serait « A quelque chose, malheur est bon » ou bien « Le malheur des uns fait le bonheur des… uns. » Oui, mais voilà, Dominique Granseigne ne s’appuie pas sur des phrases ou des mots aussi beaux et aussi bien ciselés soient-ils. Seuls pour lui comptent l’esprit d’entreprise, les vertus du travail et l’ambition de toujours progresser. Aussi bien dans le milieu sportif que dans celui du business.


A 51 ans, Dominique a déjà traversé plusieurs vies sans oublier sa vie de papa de quatre enfants. L’athlète puis le basketteur, l’entraîneur, le commercial, le directeur sportif d’un club professionnel ont transmis le témoin au commercial, au directeur régional puis au directeur pour la France et l’Espagne des boîtes ayant eu la bonne idée de l’embaucher.


Le raccourci vous laisse sur votre faim ? Rassurez-vous, je vais essayer de transformer votre frustration en satisfaction. Au collège Colbert de Reims donc, il découvre les joies et difficultés des cross hivernaux puis le supplice et les sacrifices, le don de soi qu'exige le demi-fond (800 et 1 500 m si, si) sous les couleurs du Family Club. Structure qui fusionnera un peu plus tard avec le Stade de Reims pour donner naissance à l’EFSRA (Entente Family Stade de Reims Athlétisme).


Des pistes aux potes


Thierry Daligault ainsi que l’inusable et incontournable Raymond Villain ont eu beau adoucir l’addition des douleurs, l’appel des potes va rapidement le détourner des pistes et le conduire dans le confort (!) et la chaleur des gymnases.


Et comme les copains jouent au basket, comme il fait partie des grands (1,92 m), il prend position dans la raquette du lycée Roosevelt mais échoue en finale départementale face au lycée Bayen de Châlons et son meneur, un certain Eric Bartéchecky (1).


Mais, le virus est là, bien ancré, n'offrant aucune prise aux antibiotiques même les plus féroces. Au Reims Champagne Basket, il devient le plus petit pivot de Prénationale sous les ordres de Laurent Gaudré. Il entame ensuite une carrière d’entraîneur (assistant en cadets France, head coach en cadets région), décroche quelques titres et est naturellement promu responsable bénévole du centre de formation du RCB quand le club accède à la Pro B. Parallèlement à sa carrière de coach, Dominique Granseigne suit son cursus à Neoma.


Mise en bouche et plat de résistance


En haut (g à d) : Momo Sy, TJ Lux, Peter Vignier, Jim Cantamessa, Olivier Bardet ; au milieu le staff : Laurent Gaudré (assistant), Carole Herbin (Doc), Pierre Hayon (intendant, François Fourchet, Pierre-Marie Liber (président, Yves Anel (scolarité), Dominique Granseigne, Francis Charneux (entraîneur) ; au premier rang : Sylvain Moret (assistant), Stéphane Khiari, Streten Cabarkapa, Régis Boissié, Toussaint Tomaku, Marcus Wilson, Jean-Louis Coche (Doc).


Est-ce son parcours universitaire qui incite Gérard Bosc et Bernard Mary (2) à lui confier la recherche de partenaires puis à devenir « un vrai manager général », à gérer le quotidien du groupe et à participer aux négociations avec les agents de joueurs ? « Le titre de Pro B, l’accession en Élite, la participation à la FIBA Cup, cela reste de grands moments », se souvient-il. Pendant cette période, il noue une solide amitié avec Régis Boissié, Momo Sy, Olivier Bardet…


Mais les meilleures choses ont une fin. La saison 2005-2006 commence par treize défaites d’affilée. « Et en janvier 2006, je suis viré au moment où la direction change. Peut-être que j’avais pris un peu trop de place dans le club ? J’ai été reconnu dans mon bon droit par les Prudhommes. »


Par pudeur, il ne creuse pas le sujet et évacue rapidement cette période. « Cela m’a permis de reprendre ma carrière professionnelle, analyse-t-il. De continuer à progresser. Je suis revenu à un schéma plus classique. »


Cette mise en bouche sportive a donc rapidement laissé la place à un plat de résistance professionnel très copieux. « Cette super expérience m’a énormément servi. J’ai souvent été recruté grâce à mon expérience dans le sport. La culture du sport, assez affirmée dans mon cas, est très valorisante sur un CV. »


Directeur commercial à temps partagé


Fort d’une première expérience dans le milieu du bâtiment (VRP chez Hilti, chef des ventes chez Bosch, Metabo), il rebondit encore plus haut chez Isoroy (panneaux en bois, deux ans) puis comme directeur commercial chez Monier à Toulouse (tuiles, 8 ans).

Dans la Ville rose, il devient président du club de basket féminin. « Les dirigeants m’ont contacté alors que le club venait d’être relégué en Régionale avec un déficit de 300 000 €. » Un passage devant le CNOSF permet aux Toulousaines de poursuivre leur aventure en Ligue 2. Ouf !


Son parcours basket s’arrêtera là. Retour au monde des affaires avec les Maisons familiales Phénix à Paris (co-gérant Géoxia) et l’envol vers d’autres sommets chez Xella (béton cellulaire) où il devient directeur commercial et marketing pour la France et l’Espagne.


Quand je vous disais que le rebond n’avait aucun secret pour lui. On peut même préciser en affirmant que sa spécialité c'est le rebond offensif, celui qui stoppe et frustre les velléités de l’adversaire (ou de la concurrence) et permet d’aller de l’avant (vers les paniers ou de nouveaux marchés).


Venu chez Xella pour réorganiser, fusionner des équipes de vente, il en repart quatre ans plus tard. « J’étais arrivé au bout de l’histoire. » L’entrepreneuriat lui tend les bras et il crée sa boîte de consulting – DG Consult – en avril 2023.


Qu’est-ce qui se cache derrière ses initiales ? « Plus qu’une boîte, c’est un outil pour conclure d’autres contrats. Je n’ai plus d’employeur,. J'ai des clients et une liberté de ton. »


« J’aime les responsabilités »


Pourtant, il n’a pas oublié les joies et l’efficacité du collectif. « J’ai adhéré à Tops Consult (3). L’idée, c’est de chasser en meute. On se réunit tous les mois et on pratique la mise en relation. Je retrouve dans les réseaux la fraternité développée dans le sport. Ainsi avec Julien Sauret, Yvan Favaudon et Franck Ostré (des piliers du RCB à leur époque), nous sommes amis pour la vie. Je prends du plaisir à faire ça, c’est de l’humain. »


Oui, mais concrètement… « Je suis directeur commercial à temps partagé, explique-t-il. Deux jours par semaine, je travaille pour des entreprises qui n’ont pas les moyens de se payer un directeur commercial à temps complet. Je fais profiter des entreprises qui veulent se développer de mes vingt-cinq années d’expérience. »


Homme de transition (tiens, tiens, revoilà le basket), l’ex-pivot du RCB de Prénationale se souvient des dures luttes sous les panneaux. « Je fais du commerce et je ne dis surtout pas « il faut faire ». Je fais. Je mets les mains dans le cambouis. » Son passé sportif l’aide encore quand il s’agit « d’être opérationnel rapidement et d’apporter un plus. » Manager de transition « ce n’est pas très utilisé en France. Beaucoup plus à l’étranger. »


Son emploi du temps professionnel très chargé ne l’empêche pas de réfléchir à la suite. Il avoue « aimer les responsabilités. En prendre dans un écosystème me plairait bien. » Il précise rapidement que cet écosystème pourrait être sportif comme « la Fédé, la Ligue nationale pourquoi pas ou alors revenir dans le milieu du basket en tant que partenaire d’un club comme le Paris Basket. » Ces structures cherchent-elles, ont-elles besoin d’un manager de transition ? En tout cas, le ballon est lancé...

-------------

(1). – Champion de France de Pro A comme entraîneur avec Le Mans (2018) et aujourd’hui coach de Pau-Orthez (Pro B).


(2). – Président et président délégué en 1997. Gérard Bosc a été DTN à la FFBB, directeur technique (1975) puis entraîneur du RCB en 1979. Bernard Mary a été l’homme du renouveau du RCBA (Reims Champagne Basket Amateur) quand le club a redémarré en N4 (1992).


(3). – Tops Consult est une société de services dédiée à la transformation stratégique, organisationnelle et managériale des entreprises.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page